Lundi 2 décembre 9h-12h : réunion RATP. “Pour que la grève soit contrôlée par la base”

Dans le cadre de la lutte pour le retrait de la réforme des retraites Macron-Delevoye, la grève à la RATP aura un impact central.

Les directions des syndicats de la RATP ont jusqu’à maintenant tenu une ligne dure, exigeant le retrait pur et simple du projet Macron/Delevoye, refusant les concertations, et posant après l’immense succès de la grève du 13 septembre un appel à la grève illimitée à partir du 5 décembre, qui a constitué le point de départ du rassemblement de toute la classe, entraînant dans son sillage les autres secteurs et les confédérations syndicales. Faudrait-il dès lors se contenter de faire confiance aux dirigeant.e.s des syndicats de la RATP pour mener la grève à la victoire ?

Nous ne le pensons pas entre autres pour les raisons suivantes :

  • même si elles ont pris jusqu’ici des positions correctes, les directions syndicales de la RATP ne mènent pas de combat pour que l’orientation qu’elles ont portée soit reprise par leur confédération, notamment pour qu’elles quittent toutes les concertations qui sont autant d’obstacles à une lutte de masse et jusqu’au bout, autant d’armes dans les mains du pouvoir pour diviser les secteurs et affaiblir la mobilisation dans l’espoir d’illusoires améliorations d’un projet qui est à rejeter en bloc
  • sur le terrain, les directions syndicales n’ont pas commencé à organiser la grève, à structurer des comités de préparation de la grève avec des délégué.e.s, syndiqué.e.s et non syndiqué.e.s, mandaté.e.s par les AG ; or une grève ne peut être forte que si elle est prise en main par les travailleur.se.s elles-mêmes et eux-mêmes ;
  • l’expérience de la grève à la SNCF de 2018 et les leçons de la défaite subie montre l’importance qu’il y ait de véritables AG démocratiques et des comités de grève ; or cela n’est possible que si les AG et comités de grève sont unies dans un comité centrale de grève, permettant à chaque AG de réellement décider comment construire la grève, la renforcer et l’étendre aux autres secteurs, vers un comité centrale de la grève interprofessionnelle ; il faut éviter à tout prix ce qui s’est produit à la SNCF en 2018 avec des dizaines de milliers de cheminot.e.s réparties en 103 AG dispersées et sans pouvoir, qui se sont peu à peu vidées pour cette raison et qui ont laissé la lutte dans les mains des directions syndicales qui l’ont mené dans le mur, en refusant de demander le retrait du pacte ferroviaire et en imposant un calendrier de grève en 2 sur 5, totalement impuissant.

C’est pourquoi nous invitons à participer largement à la réunion de préparation à la grève du 5 portée par des agent.e.s RATP CGT/La Base. Leur texte d’appel, publié ci-dessous, est précis et propose une chose simple : pour mener une grève forte et combative vers la victoire, l’impératif est de structurer l’auto-organisation dans chaque secteurs tout en menant une confrontation politique contre les directions syndicales qui font tout pour cadenasser le mouvement de masse et de classe qui s’annonce. Il est évident que la bataille politique doit se jouer sur ces deux tableaux et c’est pourquoi nous soutenons l’appel à cette réunion lundi 2 décembre de 9h à 12h, au 8 impasse Crozatier, dans le 12ème arrondissement.


FRONDE SYNDICALE A LA BASE

REUNION LE 02 DECEMBRE de 9H00 A 12H00 GARE DE LYON

SALLE 8 IMPASSE CROZATIER

POUR QUE LA GREVE A LA RATP SOIT CONTROLEE PAR LA BASE

Nous militants syndicaux frondeurs de la CGT RATP et nous militants syndicaux du groupe « La Base », nous décidons d’unir nos forces, pour que la grève illimitée à la RATP qui débute le 05 décembre, jusqu’au retrait pur et simple du projet de loi sur les retraites du gouvernement Macron Philippe, soit vraiment contrôlée par les grévistes.

Depuis deux mois, nous et tant d’autres militants ouvriers à la base, demandons vainement que les directions syndicales « … fassent remonter les exigences des salariés afin que le mouvement s’étende partout en préavis illimité au mois de décembre pour une convergence des luttes générales  … », (tract de la Base daté du 16 septembre dernier).

Plutôt qu’une volonté constructive de préparer la grève dans ce sens, les directions syndicales n’ont eu pour seule réponse, de nous dire en HIS de nous réunir le 05 en assemblées sur nos attachements et décider de la reconduction ou non de la grève.

Une véritable astuce des dirigeants syndicaux, pour dessaisir les grévistes de tout contrôle réel du mouvement, pour qu’à un moment ce soit les assemblées à la base qui décident de mettre fin elles mêmes au conflit.

Vu le faible taux de syndicalisation à la RATP, vu le faible taux de participation aux dernières élections professionnelles, pas une seule direction syndicale à la RATP, pas une seule organisation syndicale, ne peut se prévaloir de pouvoir représenter, et encore moins diriger la grève à partir du 05 décembre.

La grève qui va débuter le 05 décembre à la RATP doit être contrôlée par la base, ou plus exactement par des délégués élus et mandatés en assemblées de grévistes sur chaque attachements, délégués qui se retrouveront dans une assemblée des assemblées, à l’initiative des directions syndicales ouvrant une salle parisienne à cet effet, afin qu’ils puissent élire un Comité Central des grévistes de la RATP.

Nous exigeons beaucoup de choses des directions syndicales de la RATP depuis deux mois, cela en pure perte, faute d’être puissant, faute d’être uni et coordonné. Nous sommes maintenant unis et coordonnés, camarade apporte nous ta puissance, et le 02 décembre parlons tactique et stratégie afin de préparer au mieux les AG du 05 décembre.

Le 25 novembre 2019 Les frondeurs CGT de la RATP

Contact Métro: Walid Kheyar 06 15 69 48 79 ;

Bus : Jérôme Kerbouche 06 28 84 69 85

Ecrit par ARC