Première action du collectif La Ronce contre les lobbies du sucre

AVANT-PROPOS : les articles de la rubrique « Ailleurs sur le web » ne représentent pas les positions de notre tendance, mais sont publiés à titre d’information ou pour nourrir les débats d’actualités.

SOURCE : Reporterre

Lnouveau collectif écolo La Ronce a lancé sa première action mercredi 14 octobre. Sa cible : les marques de l’industrie sucrière. Daddy’s, Saint Louis, Béghin Say… sont accusées d’être responsables de la réintroduction des néonicotinoïdes, votée à Assemblée nationale le 6 octobre dernier. Son mode d’action : aller dans les supermarchés pour ouvrir des paquets de sucre, enlever les bouchons et détacher les ouvertures faciles.

« Nous ripostons contre ceux à qui profite le crime : les lobbies du sucre », expliquent les membres de La Ronce dans un communiqué. « Ce sont ces marques et la poignée de grands groupes derrière qui — au nom d’impératifs de rentabilité toujours plus importants — ont poussé cette loi. Ce sont eux qui en France déterminent la rémunération souvent misérable des betteraviers, leur production, qui choisissent l’orientation de notre modèle agricole. »

Une vidéo de la chaîne YouTube Partager c’est sympa relaie l’initiative de La Ronce. Elle rappelle la puissance du lobby de l’industrie sucrière, qui a tenté d’attaquer en justice l’interdiction des néonicotinoïdes, a déposé dès 2017 un projet de loi pour leur réintroduction et a dépensé des centaines de milliers d’euros pour influencer les élus.

Ces trente dernières années, 80 % des insectes volants ont disparu

Le youtubeur Vincent Verzat explique dans sa vidéo :

Pour faire passer leurs intérêts en force, il leur manquait le bon prétexte et le bon moment […] C’est fait avec la crainte d’une pénurie alimentaire provoquée par le Covid et le virus de la jaunisse de la betterave. »

Enquête sur le Lobby du SUCRE français

Rappelons que les preuves de la toxicité de ces pesticides s’accumulent depuis vingt ans, avec près 1.200 études publiées sur le sujet. Ses effets délétères sur les abeillessont aussi largement connus.

Dans leur communiqué, les activistes de La Ronce rappellent que ces trente dernières années, 80 % des insectes volants ont disparu et réclament « vengeance » :

Nous continuerons nos actions tant que ces marques continueront leur lobbying, tant qu’elles obtiendront les dérogations aux néonicotinoïdes et leur production mortifère. Qu’elles arrêtent, et nous nous arrêterons. Nous serons, pour eux, le dard des abeilles assassinées. »

Une idée qui semble prendre : la Ronce a commencé à publier sur son compte Twitterdes photos de bouchons envoyées par les internautes.


Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut