🎬 Lecture d’extraits de “Grèves et Joie pure” de Simone Weil par Hervé Dubourjal.

AVANT-PROPOS : les articles de la rubrique « Ailleurs sur le web » ne représentent pas les positions de notre tendance, mais sont publiés à titre d’information ou pour nourrir les débats d’actualités.

SOURCE : Société Louise Michel

Dans le numéro daté du 10 juin 1936 de la revue syndicaliste La Révolution prolétarienne, figurait un article intitulé « La vie et la grève des ouvrières métallos ». Signé « S. Galois », ce texte portait sur les grèves avec occupation d’usine ayant cours alors dans toute la France. Rapidement, cet article fut repris dans une brochure des Cahiers de Terre libre (n°7, 15 juillet 1936) de l’anarchiste André Prudhommeaux, sous un autre titre : « Sur le tas – Souvenirs d’une exploitée ». Dans les deux intitulés se lisait la double préoccupation de l’auteur : une description, au quotidien, de la terrible condition ouvrière, et un hymne à la radicale nouveauté de ces grèves avec occupation. En fait, S. Galois était un pseudonyme de la jeune philosophe et enseignante Simone Weil, née en 1909, en contact avec La Révolution prolétarienne depuis 1931. Alors que ses autres articles étaient signés de son nom, elle avait choisi ce pseudonyme – hommage en passant au mathématicien Evariste Galois (1811-1832) – pour ne pas compromettre, après ouvrière sur presse chez Alsthom, puis à la chaîne aux Forges de Basse-Indre, et fraiseuse chez Renault, la possibilité d’une nouvelle embauche en usine, pour connaître plus encore du malheur des autres. Après sa mort, en 1943, l’article en question fut intégré au recueil de textes intitulé La Condition ouvrière, un livre qui parut pour la première fois en 1951, dans la collection « Espoir » dirigée par Albert Camus. Il devint, avec L’Enracinement, publié en 1949, l’un des plus célèbres de la philosophe.

 

 

 


Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut