⚡ Syndicalisme indépendant contre virus et union sacrée

AVANT-PROPOS : les articles de la rubrique « Ailleurs sur le web » ne représentent pas les positions de notre tendance, mais sont publiés à titre d’information ou pour nourrir les débats d’actualités.

SOURCE : Arguments pour la lutte sociale


La lutte contre l’union sacrée et la lutte contre le virus sont un seul et même combat. Voila ce qu’il est possible de démontrer, chaque jour. La CFDT a obtenu de la CGT et de FO qu’elles signent une proclamation d’union nationale avec le MEDEF, mais la voie du combat contre le virus, c’est la grève contre la contagion, c’est le droit de retrait, ce sont ces livreurs de Lyon en grève, ce sont les ouvriers de l’usine Luxfer dans le Puy-de-Dôme, seul producteur de bouteilles d’oxygène pour les hôpitaux en Europe, fermée par les capitalistes, qui réoccupent le site avec leur syndicat CGT, en exigeant sa réquisition pour lutter contre le virus !

La question n’est pas celle des militants ou des sections CFDT qui veulent (vraiment) défendre les salariés. Au contraire, ce n’est pas les aider qu’aller dans un tel regroupement d’union sacrée. Le but de la manœuvre : annuler la portée politique de la sortie de FO puis de la CGT de la « conférence de financement ». Macron a « suspendu » sa contre-réforme, mais l’union sacrée vise à empêcher la lutte pour le retrait total, toujours d’actualité, comme elle vise à substituer à la réquisition des moyens de lutte antivirale le contrôle social contre-productif des Castaner et des Lallement !

Le ministre Darmanin a dû reculer sur sa volonté dégueulasse – il n’y pas d’autre mot- de maintenir la journée dite de « carence » en cas d’arrêt de travail du au virus. Les fédérations CFDT et UNSA de la fonction publique n’ont pas voulu se joindre à la déclaration unitaire (CGT, FO, FSU, Solidaires, Fédération autonome) qui annonce ce premier succès et appelle à la suppression définitive de cette infamie, parce qu’il ne faut pas « attiser la conflictualité » !

Au contraire : c’est en attisant la conflictualité que nous lutterons contre le virus !

Le prouve l’Italie : malgré des accords et de mâles déclarations signées au sommet entre syndicats et patronat, les fédérations de la Métallurgie et de la Chimie ont dû, ce lundi, appeler à la grève en Lombardie contre la mise en danger des travailleurs !

D’où l’importance du regroupement en cours dans la CGT contre la signature du texte d’union sacrée avec le MEDEF et la CFDT, et du regroupement dans FO, et par-dessus les frontières entre confédérations et fédérations, pour l’unité d’action syndicale dans l’indépendance.

On ne peut pas manifester ? Quand les soignants sont acclamés au balcon le soir à 20h, commençons à lancer « Du fric, du fric, pour l’hôpital public » !

Ce que nous devons entretenir et préparer, c’est le maintien des liens tissés dans les affrontements inaugurés le 17 novembre 2018 (gilets jaunes) et le 5 décembre 2019 (mur contre Macron et pour les retraites), et notamment l’unité d’action syndicale CGT/FO/FSU/Solidaires/UNEF comme socle et point d’appui. L’union nationale au nom de l’« urgence sanitaire » l’a prise pour cible afin de détruire les droits des salariés par la stratégie du choc, en prévision de la récession annoncée.

Nous la maintiendrons dans les départements, les localités, les villes, les secteurs, les entreprises, les universités, les écoles pour préparer la prochaine irruption de l’auto-organisation sociale, qui commence maintenant dans la lutte contre l’épidémie.

24-03-2020.


Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut