Confinement et tâches domestiques : “Une augmentation des inégalités dans le couple est à craindre”

AVANT-PROPOS : les articles de la rubrique « Ailleurs sur le web » ne représentent pas les positions de notre tendance, mais sont publiés à titre d’information ou pour nourrir les débats d’actualités.

SOURCE : Le Monde


A la maison, où les femmes en font toujours plus, la situation pourrait s’aggraver. Et si cette période de confinement était l’occasion de tout remettre à plat ?

« Ça va être très, très long. » Lorsqu’Adélie* nous écrit, au troisième jour du confinement imposé par la crise sanitaire du Covid-19, elle est déjà excédée. Dans son appartement de la région lyonnaise, cette professeure des écoles se sent crouler peu à peu sous les tâches domestiques : faire les repas, le nettoyage, les lessives, occuper ses deux enfants de 12 et 9 ans, surveiller leurs devoirs…, sans beaucoup d’aide de la part de son conjoint. Et la trentenaire, dépitée, de raconter :

« Il y a quelques mois, après moult engueulades, j’avais réussi à imposer un partage des tâches plus équitable, nécessaire car avec mon travail et les trajets cela devenait ingérable. Mais depuis le confinement, le partage a volé en éclats et je me retrouve, comme avant, à devoir faire presque tout. »

Ses obligations professionnelles passent au second plan. « J’ai moins de travail que mon conjoint, car j’ai une classe de maternelle et donc pas de cours vidéo à réaliser à distance. Mais les fiches à préparer, les parents à contacter, ça ne disparaît pas. » Adélie s’occupe de ces tâches le soir – ou les laisse passer à la trappe, souvent trop fatiguée pour entamer une deuxième journée une fois ses filles couchées.

« En plus de ça, il faut gérer les humeurs de monsieur, qui trouve que les enfants font trop de bruit, ou qui débarque quand tout est fini pour lancer : Fallait demander !”. »

En période ordinaire, à la maison, les femmes en font plus que leurs conjoints – et cela a peu évolué en trente ans. Elles réalisent 72 % des tâches ménagères et 65 % des tâches parentales, pour en moyenne une heure trente de travail quotidien supplémentaire par rapport aux hommes, selon une enquête de l’Insee de 2012. Une situation très inégalitaire confirmée à nouveau en 2019 par un sondage IFOP,dans lequel 73 % des femmes interrogées déclarent en faire plus que leur conjoint. « Avec le confinement, une augmentation des inégalités déjà préexistantes dans les couples est à craindre », alerte Amandine Hancewicz, présidente de l’association Parents & Féministes et consultante sur les questions d’égalité homme-femme.

Plannings et « charge mentale »

Menus pour la semaine, confection d’emplois du temps… autant de nouvelles tâches qui doivent être assumées dans les foyers. Et si des réseaux de soutien à la parentalité ont été créés, « ce sont presque exclusivement des femmes qui s’y manifestent ou qui viennent y proposer les plannings qu’elles ont bricolés, idem pour les groupes de parents d’élèves, où les hommes sont quasiment absents », observe Caroline De Haas, membre du collectif Nous toutes !, qui a ouvert une vingtaine de groupes sur WhatsApp, où sont distillés des « conseils de survie » à destination des parents.

« Encore plus dure à gérer dans les familles défavorisées qui vivent dans de petites surfaces, cette situation fait peser un vrai risque sur la santé des femmes », s’alarme Amandine Hancewicz, qui cite le danger du « burn-out maternel », mais s’inquiète aussi de la place qu’elles pourront réserver à leur sphère professionnelle pendant ce confinement.

Bérénice*, 29 ans, peut en témoigner. Alors qu’elle exerce la même profession que son conjoint, tous deux acheteurs industriels, elle regrette de faire « 70 % du taf » dans leur appartement confiné. « Je vais davantage vérifier ce qui n’est pas fait, pas nettoyé, pas rangé, et m’y coller, raconte-t-elle. Quinze minutes par ci, vingt par là… Cela impacte mon travail. »

« La volonté est bien là, mais il faut le guider »

Pourtant, cette période où aucun des deux conjoints ne peut se dérober de la sphère domestique n’est-elle pas un moment propice pour repenser cette répartition ? C’est en tout cas le pari que formule la psychologue et spécialiste du conseil en organisation Laurence Einfalt.

« Le confinement est l’occasion de regarder ensemble les tâches ménagères et familiales qu’il y a objectivement à remplir. Tous sous le même toit, devient visible ce qui était jusque-là sous les radars : pas le choix que de voir qu’un ménage ne se fait pas magiquement, ou qu’une lessive ne consiste pas seulement à mettre des vêtements dans la machine. »

Dans certains foyers, le rééquilibre doit se faire par la force des choses. « Je suis tombée malade, alors mon conjoint prend plus le relais, notamment avec notre enfant de 6 ans », écrit Sabrina, infirmière à Mulhouse. Anita*, responsable prestataire de 37 ans à La Courneuve (Seine-Saint-Denis), est la seule à télétravailler à la maison. C’est donc à son conjoint que revient la gestion de leurs trois enfants. « De son côté, la volonté est bien là, mais il faut le guider. Il me sollicite beaucoup pendant mon travail : combien de cuillères de poudre pour le biberon, quel parfum pour le yaourt des enfants, etc. » Pour Anita, pas d’inquiétude, ce n’est qu’une question d’ajustement.

Pour faire en sorte que l’organisation tienne sur la longueur, il peut être utile de la matérialiser par un planning (oui, encore un !). C’est la solution adoptée par Holly et Benjamin. Un soir de confinement, ces vingtenaires alsaciens ont décidé de « tout remettre à plat ». Ils ont imprimé un tableau, avec toutes les tâches domestiques habituelles dans un appartement. Ce qui a permis une prise de conscience, apprécie Holly :

« Benjamin s’est rendu compte du temps que prenaient certaines tâches. Auparavant, on pouvait avoir certaines tensions, quand il rentrait et ne comprenait pas pourquoi certaines choses n’étaient pas faites : cela devrait être plus apaisé. »

« Dans beaucoup de cas, l’organisation équitable ne se fera pas d’elle-même, rappelle Aurélia Schneider, psychiatre et auteure de La Charge mentale des femmes (Larousse). Il s’agit alors de repenser l’organisation du couple autour d’un canevas, avec des temps égaux pour chacun : un temps de télétravail, de soutien aux enfants, de tâches ménagères, de repos tous ensemble et, enfin, de repos seul pour récupérer. Il est aussi essentiel de s’octroyer un temps de dialogue chaque soir de cinq minutes, pour voir où on en est. »

L’insoupçonnée charge émotionnelle

Mais le dialogue n’est pas toujours aisé, surtout entre quatre murs. « Une période de crise ne me semble pas le bon moment pour se lancer dans des négociations, si certaines ne le sentent pas ou n’en ont pas l’énergie, qu’elles ne le fassent pas », préconise Caroline De Haas. « Quand j’ai essayé d’en parler, je me suis pris une volée de bois vert », se souvient Adélie. « C’est très tendu entre nous sur la question, complète Bérénice. Pour le faire bouger, je vais arrêter de faire ses tâches pendant un moment, quitte à ce que ce soit sale. C’est encore à moi de le prendre par la main et de l’éduquer, d’une certaine façon, alors que ce n’est pas mon rôle… »

Reste un autre poids inégalement réparti, qui passe souvent inaperçu : la charge émotionnelle, mise en lumière par la dessinatrice Emma. Dès les premiers jours du confinement, cela a sauté aux yeux de Clémence, 30 ans :

« Alors que ma sœur se retrouvait avec sa petite sur les bras, seule à l’étranger, quand les crèches ont fermé, ce sont les femmes de ma famille qui se sont activées pour lui trouver une solution et la rapatrierDans tous les cercles que je regarde, ce sont des femmes qui assurent la continuité, le bien-être physique et moral des personnes. »

Une charge du « soin » culturellement attachée aux femmes, et qui prend une plus vive coloration en temps de crise sanitaire. « Si on se partage très équitablement les tâches à la maison avec mon mec, c’est plutôt moi qui endosse le rôle d’appeler la famille, de mettre des petits mots dans l’immeuble pour proposer aux plus âgés de faire leurs courses, ou de créer un groupe avec les parents de l’école », s’est rendu compte Marion Pillas, productrice et membre du collectif Pour une parentalité féministe. Il est pourtant urgent de partager l’émotionnalité, pour mieux la gérer, avance la psychiatre Aurélia Schneider : « Dans cette guerre un peu spéciale où on vit dans un huis clos émotionnel, les bombes sont dans la maison. »

* Les prénoms ont été modifiés.

 


Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut