Pas de retraite pour l’internationalisme et le socialisme !

Parler des hold-ups des capitalistes sur les systèmes de solidarité au niveau mondial nécessiterait un livre en plusieurs tomes. Mais en nous concentrant sur les attaques sur quelques pays voisins de la France, nous pouvons déjà dégager quelques axes éclairants et quelques propositions…

Une liquidation planifiée des systèmes solidaires de retraites

En France le gouvernement, et la CFDT…, focalisent sur l’âge pivot qui déterminera la diminution du montant des retraites versées en fonction de l’écart avec l’âge réel de départ. Si le projet de réforme se met en œuvre, les pensions seront notamment aussi entamées via l’extension de la prise en compte de l’ensemble des années de travail pour calculer la pension de référence. Dans les pays voisins, les projets de réformes prévoient de reculer les âges légaux de départ et/ou les âges de départ permettant de toucher la retraite à taux plein. Au Royaume Uni, l’âge de départ légal est actuellement de 65 ans. L’âge légal sera repoussé d’un an à partir de 2020 et les projets gouvernementaux prévoient de le reculer à 67 ans en 2028 et 68 ans en 20371.

En Allemagne, l’âge de départ légal est aujourd’hui de 65 ans et doit être relevé à 67 ans vers 2019. La banque centrale allemande recommande aussi de passer au-delà de 69 ans… En Espagne, une loi de 2011 prévoit de repousser l’âge légal de départ de 65 ans à 67 ans d’ici 2017. En Italie, l’âge de départ est à 67 ans mais le gouvernement expérimente une possibilité de départ à la retraite à 62 ans, approximativement en accord avec l’âge de départ réel à la retraite des Italiens et des Italiennes. Mais il faut dire que comme en Suède, l’Italie a déjà basculé vers un système contributif à cotisation définie, c’est à dire un système où chacun.e sait ce qu’il cotise mais ne sait pas ce qu’il ou elle touchera comme pension. On retrouve alors le mécanisme du système à points dont la valeur d’achat ou de « restitution » peut varier…

Bref, les réformes dans ces quelques pays ont les mêmes caractéristiques que la réforme que Macron veut nous imposer en France. Bien innocent.e est celui ou celle qui pense que la réforme des retraites en France a pour but d’équilibrer le système de financement des pensions et que le gouvernement ne touchera pas encore au départ d’âge légal et/ou à l’âge pivot alors que dans les pays voisins, le durcissement des mécanismes pour baisser les montants des pensions est planifié et parfois plus avancé qu’en France !

Derrière la communication gouvernementale et celle des grands médias, les intérêts des vrais privilégiés

Plutôt que d’assumer de liquider les systèmes de solidarité, le gouvernement Macron organise leur asphyxie pour que s’y substitue « naturellement » les alternatives capitalistes. Bruno Le Maire fait une démonstration de mauvaise foi lorsqu’il dit que BlackRock ne s’occupe pas des pensions de retraites et que ceux qui dénoncent l’influence du plus gros gestionnaire d’actifs financiers au niveau mondial sur la réforme, « jouent sur le fantasme »2. En effet, BlackRock ne gèrera sans doute pas la partie « socialisée » des retraites que les réformes rendront insuffisantes si elles s’appliquent.

Cependant les vautours préparent depuis longtemps des produits financiers pour celles et ceux qui trouveront les moyens de compléter une pension devenue insuffisante, à l’image du Produit Paneuropéen d’Epargne Retraite Individuelle (PEPP)3 dont le caractère concerté de la mise en place et de l’encadrement au niveau de l’Union Européenne résonne avec les similitudes des attaques des systèmes de retraites dans les différents pays. L’article publié par « Investigate Europe »4 donne une leçon de choses sur la manière dont les institutions capitalistes fonctionnent… pour les capitalistes. BlackRock, notamment grâce à sa supériorité financière, dispose notamment d’outils permettant d’établir une cartographie des marchés financiers qui lui donnent le statut d’expert auprès du monde politique. Le pompier pyromane BlackRock conseillait déjà les Etats pour endiguer les effets de la crise de 2009 et continue depuis à prodiguer ses expertises. Selon Investigate Europe, en février 2015, BlackRock avait annoncé publiquement à la Commission européenne la création d’un  » plan de retraite personnel transfrontalier dans le cadre d’une feuille de route vers l’Union des marchés des capitaux  » qui correspond au PEPP. Lorsqu’en parlant de sa loi PACTE (Plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises), Bruno Le Maire déclare « La réforme doit redonner toute son attractivité aux produits d’Épargne Retraite dont l’encours est aujourd’hui insuffisant », on comprend mieux sa conception selon laquelle la responsabilité politique serait de traiter avec la raison…

Conflit d’intérêt ou leçon de choses sur le capitalisme ?

Les conflits d’intérêts se multiplient et cela apparait publiquement : les liens de Jean-Paul Delevoye avec BlackRock, ou encore la légion d’honneur accordée à Jean-François Cirelli, président de BlackRock France et membre de la Commission Action Publique 2022 donnant les directives pour réformer – pour ne pas dire marchandiser – les services publics. Mais si les affaires se succèdent sans fin et que rien ne change, c’est bien que le pouvoir politique est aux mains du pouvoir économique, et il serait vain de se lancer dans des campagnes anti-corruption sans se lancer dans une remise en question fondamentale du mode de production et de ses institutions. OMC, FMI, UE, BCE, Etats capitalistes sont construits par les capitalistes et soumis à leurs intérêts. La nécessité de se structurer à l’échelle internationale pour lire les politiques à l’œuvre et y faire face se développe, à l’image de ces camarades qui mobilisent en Angleterre, en Espagne, en Italie, en Belgique5 et ailleurs, pour témoigner de leur soutien moral et financier avec la mobilisation contre la réforme des retraites en France. Dans cette affaire des retraites, l’Union Européenne s’illustre encore une fois comme un instrument au service des capitalistes, et une rupture socialiste avec l’UE est une condition nécessaire pour permettre aux territoires de résister socialement et de construire un véritable internationalisme.

Pour faire face à la coordination des capitalistes pour sauver leur système et accroître l’exploitation, nous devons construire une coordination internationale et une organisation ayant pour but de rompre avec les institutions capitalistes, pour y substituer des institutions socialisant les moyens de production, pour sauver notre environnement social et écologique.


1. https://www.france24.com/fr/20191220-france-allemagne-royaume-uni-espagne-italie-quel-syst%C3%A8me-de-retraite

2. https://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/on-joue-sur-le-fantasme-bruno-le-maire-dement-l-influence-de-blackrock-dans-la-reforme-des-retraites-1212342.html

3. https://www.senat.fr/ue/pac/EUR000003414.html

4. https://www.investigate-europe.eu/publications/blackrock-the-financial-leviathan/

5. Inventaire des soutiens internationaux: https://solidaires.org/Soutiens-internationaux-a-la-mobilisation-en-cours-en-France-actualisation

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut